Aujourd'hui,
URGENT
Algérie: Abdelmadjid Tebboune élu président avec 58,15%
Etats-Unis: la commission judiciaire valide l'acte d'accusation de destitution de Donald Trump
Justice: 99 dossiers enrôlés pour les sessions des pôles criminels de Ouagadougou et de Ouahigouya
Justice: les acteurs demandent à la France de clarifier sa position sur l'extradition de François Compaoré dans l'affaire Norbert Zongo
Burkina: au moins 15 terroristes neutralisés, une base démantelée, et de l’armement saisi à Kompienga dans la Région de l'Est
Gaoua: une tonne de denrées périmées saisie par la police
Roch Kaboré: "Je voudrais rassurer tous les déplacés internes de notre engagement à créer les conditions de leur retour dans leurs localités"
Climat: les glaciers du Groenland fondent sept fois plus vite qu’en 1990
11-décembre: "Pour bâtir ensemble un Burkina Faso prospère, nous devons nous départir de nos intérêts égoïstes" (Roch Kaboré) 
11-décembre: "J’ai décidé de commettre un groupe de travail pour l’écriture de l’histoire générale de la Haute-Volta au Burkina" (Roch Kaboré)

©Dr

CULTURE

La 11e édition de « Engagement féminin » est à sa phase finale qui est la restitution des ateliers de danse. La première soirée de restitution est intervenue le vendredi 26 juillet 2019 dans la soirée au CDC La Termitière.

Les participantes et participants à cette 11e édition ont bénéficié de formation en administration culturelle, échangé autour de tables-rondes et surtout de formation en danse contemporaine. Concernant ce dernier point, les danseuses et danseurs ont été formés pendant un mois par les chorégraphes Auguste Ouédraogo, Bienvenue Bazié et Lacina Coulibaly. Les apprenants ont travaillé sur le regard que doit avoir le danseur, le choix de la musique, la cohésion entre danse, temps et espace, l’exécution d’un mouvement en groupe à travers l’écoute musicale et l’exploration du corps. Ils ont également été formés sur les notions d’objets et d’accessoires dans la création, leur sens, leur fonction et leur utilité.

Ces deux soirées de restitutions ont mis en scène 20 danseuses de 8 pays plus 20 danseurs du programme Yeleen Don. Mais pour cette première soirée, c’est une trentaine de danseurs (femmes comme hommes) qui y ont pris part. Pendant plus d’une heure, ils ont devant un public attentionné, exécutés des enchaînements de mouvements avec de la musique pour tout rendre agréable. Et Bienvenue Bazié se dit être satisfait de la prestation de cette soirée. Il dit aussi être fier des participantes pour leur générosité et leur engagement.

François Bouda, membre du comité d’organisation,  renchérit en disant que « tous les aspects ont été pris lors de cette édition pour construire la danseuse et le danseur ». L’exception cette année réside dans le fait que les hommes aient été intégrés dans la danse. Il s’agit des élèves du programme Yeleen Don mis en œuvre par le CDC.

Amos Blandina, danseuse interprète togolaise qui est à sa première participation à « Engagement féminin » trouve que c’est une expérience exceptionnelle que d’y participer, vu qu’elle ne pratiquait pas d’habitude la danse contemporaine et traditionnelle. « J’espère grâce à cette formation trouver des projets dans mon pays pour faire avancer engagement féminin, et j’espère revenir l’année prochaine », a-t-elle laissé entendre.

Pour rappel, le projet « Engagement féminin » a été lancé en 2008 par Auguste Ouédraogo et Bienvenue Bazié, tous deux chorégraphes. Ce projet vise à corriger la faible présence féminine parmi les artistes chorégraphes sur le continent africain.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé