Aujourd'hui,
URGENT
Covid-19: la vaccination des Burkinabè débutera dans la première semaine de juin 2021.
Santé : un premier lot de 115.000 doses de vaccins contre la Covid-19 est arrivé au Burkina Faso. 
Oudalan: les populations de Tin Akof se réfugient près du camp militaire après une attaque terroriste. 
Santé: l'OMS valide le vaccin chinois Sinopharm pour usage d'urgence contre la Covid-19. 
Sécurité alimentaire: le CILSS prévoit une saison pluvieuse humide pour la campagne agricole 2021-2022. 
Coopération: le président Xi Jinping réaffirme l’engagement de la Chine en faveur de la solidarité et de la coopération avec l’Afrique.
Politique: Alassane Bala Sakandé rejette un appel de jeunes pour sa candidature à la présidentielle 2025. 
Somalie: l’Union africaine a nommé l’ancien président du Ghana, John Mahama, au poste de Haut représentant. 
Football: la CAF décide du report des éliminatoires de la Coupe du monde de la Fifa Qatar 2022.
Yako : un enfant de près de 14 ans s’est donné la mort jeudi, par pendaison au secteur n°4 de Yako (AIB).  

ECONOMIE

Annoncé pour se tenir du 23 au 31 mars prochain à Ouagadougou, l’acte 2 du «consommons local» dénommé Burkin’daaga a été reporté ce jeudi 21 mars. L’information a été portée à la connaissance des hommes des médias dans l’après-midi de ce jeudi 21 mars par le comité d’organisation. L’événement se tiendra finalement du 23 avril au 1er mai prochain.

La non disponibilité de la Maison du peuple devant abriter l’édition 2019 du Burkin’daaga est la principale raison de ce report. «Prévue se tenir dans les locaux de la maison du peuple de Ouagadougou, nous avons été informés dans la soirée du 11 mars 2019 par le biais du service administratif des lieux, que le suite à une erreur de programmation, le site a été également attribué à la même période, à une autre structure pour une autre activité», explique Ibrahim Ouédraogo, président de l’association Burkina Wamedo, structure organisatrice de ladite foire.

Après consultations de personnes ressources ainsi qu’autorités politiques et coutumières telles que le Mogho Naaba Baongo, les organisateurs disent avoir jugé nécessaire de ne ni faire une tractation, encore moins une délocalisation. Une décision qui a été aussi motivée selon M. Ouédraogo, par des réglages techniques et organisationnels qui restent à faire. A cela s’ajoute les doléances de certains exposants qui trouvaient le délai de commande des stands d’expositions court.

Lors de la conférence de presse le 11 mars dernier, des rumeurs faisaient état de ce qu’une autorité de la place avait intérêt à ce que cette foire ne voit le jour. Mais Ibrahim Ouédraogo préfère garder le silence parce que selon lui, il est inutile d’entretenir la polémique. «Ces difficultés de dernière minute sont pour nous des opportunités pour relever et au mieux, le défi organisationnel», confie M. Ouédraogo. Il ajoute d’ailleurs que ce report n’est pas sans conséquences.   

En rappel, l’association Burkina Wamedo à travers cette foire, entend promouvoir une culture citoyenne de production et de consommation locale made in Burkina Faso.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir