Aujourd'hui,
URGENT
Côte d'Ivoire: décédé le 8 juillet 2020, le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly inhumé le  17 juillet à Korhogo. 
Mali: le Premier ministre a déclaré vouloir former "très rapidement" un gouvernement d'ouverture.
Mali: plusieurs figures de l'opposition arrêtées samedi après des troubles quasi insurrectionnels qui ont fait quatre morts. 
Présidentielle: Roch Marc Christian Kaboré officiellement investi par le MPP pour briguer un nouveau mandat en novembre 2020.
Transports: la liaison ferroviaire entre la Côte d'Ivoire et le Burkina Faso a repris mercredi 8 juillet 2020 sur l'ensemble de la ligne. 
Mauritanie: le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, prend part ce mardi 30 juin 2020 à à un sommet G5 Sahel-France. 
Tchad: le président Idriss Deby élevé au rang de Maréchal par les députés. 
Burkina: le gouvernement commande 2 700 tonnes de riz pour faire face à la crise humanitaire.
Santé: la République démocratique du Congo déclare la fin d'Ebola à l'est du pays. 
Burkina: le musicien Smarty devient le tout premier Ambassadeur de bonne volonté́ de l’Unicef au Burkina. 

ECONOMIE

Au cours d'une conférence de presse tenue ce mardi 28 mai 2019 à Ouagadougou, les cotonculteurs de l'Organisation démocratique de la jeunesse (ODJ) ont annoncé qu’ils boycotteront la campagne agricole prochaine si le gouvernement ne se penche pas sur sa plateforme revendicative. Une plateforme qui prend en compte les préoccupations des producteurs des trois régions cotonnières du Burkina Faso.

Pour les producteurs de coton, la politisation de la filière coton impacte la bonne marche du secteur en crise depuis plus de deux ans. A entendre le vice-président de l'ODJ, Mohamed Traoré, par ailleurs, cotonculteur dans la ville de Houndé, les paysans dans leur plateforme revendicative de 34 points réclament la dissolution des unions des producteurs de cotons.

« Aujourd'hui, vous pouvez aller dans les campagnes demander au niveau des unions départementales de productions de cotons, l'union provinciale des producteurs de coton jusqu'au niveau national, vous trouverez que les premiers représentants sont les membres du parti au pouvoir. Partout où nous avons des unions, les représentants ont été imposés par les sociétés cotonnières. L'initiative devrait venir des paysans et non du gouvernement. Nous n'avons pas de mains libres pour désigner les représentants » a expliqué M. Traoré.

Ils disent attendre du gouvernement la création d'une banque spéciale pour les producteurs de coton en dépit de la Banque agricole annoncée. L'amélioration de la qualité des intrants et le relèvement du prix d'achat du kilogramme du coton à 500F CFA sont aussi attendus. Une revendication légitime selon le président de l'ODJ, Gabin Korbéogo. « Le prix d'un kilogramme de coton sur le marché international coûte au moins 1000 F CFA. Même lorsqu'une baisse survient, c'est autour de 900 F CFA, donc toujours autour de 1000 FCFA. Donc, demander 500 FCFA, ce n'est pas la mer à boire. Le gouvernement ou la Sofitex ne perd pas à payer le kilogramme du coton à 500 FCFA››, précise M. Korbéogo. Notons que le prix du coton a été fixé à 265 FCFA/kg pour la campagne 2019/2020.

Selon les producteurs membres de l'ODJ, la production cotonnière pour cette campagne agricole risque d'être boycottée si le gouvernement ne donne pas une suite à leur plateforme. «Nous sommes capables à aller à zéro coton au Burkina cette année c'est-à-dire un boycott général. Mais, tout dépendra de la réaction de nos autorités » a conclu le président de l'ODJ.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir