Aujourd'hui,
URGENT
Covid-19: un nouveau décès et 83 nouveaux cas à la date du 12 janvier 2021 au Burkina Faso. 
Mali: trois Casques bleus ivoiriens tués quand leur véhicule a sauté sur une mine dans la région de Tombouctou (Officiel). 
Burkina: la NAFA félicite le président Kaboré pour la création d’un ministère de la Réconciliation nationale et encourage Zéphirin Diabré. 
Burkina: le couvre-feu prolongé de 45 jours dans la région du Sahel dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. 
États-Unis: 20 000 soldats de la Garde nationale déployés à Washington pour l'investiture de Joe Biden (médias). 
États-Unis: Donald Trump devient le premier président sous l'objet d'une deuxième procédure de destitution dans l'histoire du pays.
Covid-19: 184 nouveaux cas et 3 décès à la date du 11 janvier 2021 au Burkina.  
Burkina: l'ex Chef de file de l'opposition, Zéphirin Diabré, et son parti l’UPC rejoignent le camp présidentiel.                 
Yagha: des hommes armés sont entrés vers 19h à Tankougounadié. Ils ont malmené la population et emporté 3 motos, a appris Fasozine.   
Yagha: des hommes armés ont enlevé mardi  5 personnes à Boliel avant de se replier dans la nature a appris Fasozine.

MONDE

Ce mardi 30 janvier 2018, l’opposant kenyan Raila Odinga, a prêté serment en qualité de « président du peuple ». Cette investiture « d’un autre genre » intervient après avoir perdu l’élection présidentielle de 2017, face à Uhuru Kenyatta.

Initialement prévue pour décembre 2017, c’est finalement ce 30 janvier, que la cérémonie de prestation de serment voulue par Odinga et ses partisans s’est tenue. Comme quoi, « nous avons tenu notre promesse », fait-il remarquer. C’est devant une foule immense acquise à sa cause, que Raila Odinga s’est proclamé « président du peuple », une Bible à la main.

 « Moi, Raila Amolo Odinga (…) je prends la fonction de président du peuple de la République du Kenya », a déclaré le principal opposant de Kenyatta. En clair, cette démarche entreprise, traduit la position de refus du résultat des urnes. Raila Odinga est persuadé que la victoire lui a été à nouveau volée, lors de la présidentielle de 2017.  Toutefois, si l’annonce de cette investiture parallèle a fait craindre de nouvelles violences postélectorales, il semble si évident que des sanctions vont tomber. En effet, l’administration avait prévenu qu’une initiative de la sorte pourrait constituer un acte de « trahison », tout en évoquant une probable arrestation de Raila Odinga.