Aujourd'hui,
URGENT
Covid-19: la vaccination des Burkinabè débutera dans la première semaine de juin 2021.
Santé : un premier lot de 115.000 doses de vaccins contre la Covid-19 est arrivé au Burkina Faso. 
Oudalan: les populations de Tin Akof se réfugient près du camp militaire après une attaque terroriste. 
Santé: l'OMS valide le vaccin chinois Sinopharm pour usage d'urgence contre la Covid-19. 
Sécurité alimentaire: le CILSS prévoit une saison pluvieuse humide pour la campagne agricole 2021-2022. 
Coopération: le président Xi Jinping réaffirme l’engagement de la Chine en faveur de la solidarité et de la coopération avec l’Afrique.
Politique: Alassane Bala Sakandé rejette un appel de jeunes pour sa candidature à la présidentielle 2025. 
Somalie: l’Union africaine a nommé l’ancien président du Ghana, John Mahama, au poste de Haut représentant. 
Football: la CAF décide du report des éliminatoires de la Coupe du monde de la Fifa Qatar 2022.
Yako : un enfant de près de 14 ans s’est donné la mort jeudi, par pendaison au secteur n°4 de Yako (AIB).  

MONDE

Devant la Représentation nationale ce lundi 8 octobre le président éthiopien Mulatu Teshome annoncé qu’il va désormais délivrer des visas à l’arrivée pour tout voyageur africain.

Avec cette annonce, une nouvelle politique d’immigration de l’Éthiopie semble s’opérationnaliser. Du reste, elle devrait couvrir l’exercice budgétaire 2018-2020. C’est du moins, l’assurance donnée par le président éthiopien.

L’on se rappelle qu’en juin dernier, le pays a déjà annoncé la délivrance de visa en ligne afin de doper son tourisme et ainsi accroître la réputation de sa compagnie aérienne nationale. Mais l’autre réalité, c’est que depuis l’arrivée du nouveau Premier ministre Abiy Ahmed, en avril dernier, l’Éthiopie est dans une phase d’ouverture, tant sur le plan économique que politique. Dans la foulée, le pays a entrepris notamment d’ouvrir le capital de certaines entreprises publiques à des capitaux étrangers. Un plan qui s’accommode aisément de la nouvelle politique migratoire. Déjà, c’est un pays qui ne cache pas son aspiration à adhérer à l’Organisation mondiale du commerce (OMC).

Dans la même dynamique, Addis-Abeba a effectué – sur le plan politique – un rapprochement étroit avec certains de ses voisins, dont l’ancien ennemi intime, l’Érythrée avec lequel les relations diplomatiques ont repris. A tout le moins, ces initiatives cadrent avec l’agenda 2063 de l’Union africaine. Un agenda qui milite en faveur d’une intégration effective en Afrique.

Mais cette vision ne semble pas actionner certains États, notamment en ce qui concerne l’ouverture des frontières, tandis que des pays comme Seychelles (précurseur en la matière), le Rwanda, le Bénin et tout récemment le Kenya ont déjà passé le pas en ouvrant leurs frontières.

NotreAfrik