Aujourd'hui,
URGENT
Justice: la procureure de la CPI fait appel de l'acquittement de Gbagbo et Blé Goudé
Burkina: l’UPC «vivement préoccupée par la dégradation continue de la situation sécuritaire»
Burkina: la marche non autorisée des syndicats et de la société civile dispersée par la police, une dizaine de blessés
Cyclisme: Le Burkinabè Bachirou Nikiéma remporte le grand prix de la ville d'Abidjan
Cédéao: Mise en place d'un plan quinquennal de lutte contre le terrorisme d'un montant de près 596 milliards de FCFA
Cyclisme: le Burkinabè Paul Daumont remporte le tour cycliste international de Côte d'Ivoire
Cameroun: le président Paul Biya convoque "un grand dialogue national" sur la crise au Cameroun anglophone
RDC: déraillement meurtrier d’un train dans le Tanganyika, plus de 50 morts
Burkina: des organisations syndicales se démarquent de la journée nationale de protestation initiée par l'Unité d'action populaire
Burkina:  l’UPC invite le gouvernement «à reprendre sans délai les négociations avec les syndicats de la santé»

MONDE

Près de 40 migrants ont été tués mardi 2 juillet 2019 quand leur centre de détention dans la banlieue de Tripoli a été la cible d’un bombardement attribué aux forces du maréchal Khalifa Haftar. Le bilan pourrait s'alourdir.

Une frappe aérienne a tué une quarantaine de personnes en Libye, dans la banlieue de Tripoli. Le centre de détention de Tajoura, qui abritait au moins 120 migrants, a été touché deux fois en cinq minutes. Le bilan pourrait s'alourdir puisqu'il y a eu au moins 80 blessés lors de cette attaque, selon un porte-parole des services de secours libyen.

Selon Boubacar Seye de l’ONG Horizon sans frontières, indique que plus de 100 migrants ont été tués. Il annonce le chiffre de 200 blessés lors du raid aérien. Parmi les victimes, il y’aurait des Sénégalais, des Guinéens, des Gambiens, des Erythréens, etc. 

La banlieue de Tajoura, qui compte plusieurs sites militaires appartenant aux groupes armés pro-gouvernement d'union nationale, est régulièrement la cible de raids aériens.

Personne ne revendique. Mais le GNA accuse l'homme fort de l'est libyen, le maréchal Khalifa Haftar, d'un crime odieux, précis et prémédité. Alors que l’ANL, quant à elle, nie avoir touché le centre de migrants. Elle reconnait avoir visé la zone, mais en usant de frappes de «précision» uniquement contre des sites militaires.

Plus de 600 000 migrants sont pris au piège entre les factions rivales. 

Avec agences

 

Sondage

La Fédération burkinabè de football a choisi de confier le poste de sélectionneur des Etalons "A" à Kamou Malo, faisant ainsi confiance à l’expertise nationale. Cette décision, selon vous, est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé