Aujourd'hui,
URGENT
Covid-19: la vaccination des Burkinabè débutera dans la première semaine de juin 2021.
Santé : un premier lot de 115.000 doses de vaccins contre la Covid-19 est arrivé au Burkina Faso. 
Oudalan: les populations de Tin Akof se réfugient près du camp militaire après une attaque terroriste. 
Santé: l'OMS valide le vaccin chinois Sinopharm pour usage d'urgence contre la Covid-19. 
Sécurité alimentaire: le CILSS prévoit une saison pluvieuse humide pour la campagne agricole 2021-2022. 
Coopération: le président Xi Jinping réaffirme l’engagement de la Chine en faveur de la solidarité et de la coopération avec l’Afrique.
Politique: Alassane Bala Sakandé rejette un appel de jeunes pour sa candidature à la présidentielle 2025. 
Somalie: l’Union africaine a nommé l’ancien président du Ghana, John Mahama, au poste de Haut représentant. 
Football: la CAF décide du report des éliminatoires de la Coupe du monde de la Fifa Qatar 2022.
Yako : un enfant de près de 14 ans s’est donné la mort jeudi, par pendaison au secteur n°4 de Yako (AIB).  

MONDE

En Guinée-Conakry, les présumés auteurs de l'effroyable massacre commis au stade de Conakry, le 28 septembre 2009, vont être jugées à partir de ce mercredi 28 septembre 2009 sous le regard du Procureur de la Cour pénale internationale (CPI), Karim Asad Ahmad Khan, arrivé en Guinée mardi soir, selon des médias locaux.

Treize ans après l’effroyable massacre qui a fait 156 morts, l’ex-chef de la junte Moussa Dadis Camara et ses anciens sbires doivent répondre de leurs crimes à Conakry.

Le procès se déroulera dans un bâtiment neuf construit pour l'occasion. Selon le communiqué lu mardi soir à la télévision d’Etat, la cérémonie d’inauguration du bâtiment ad-hoc devant abriter le procès du massacre du 28 septembre est prévue pour ce mercredi 28 septembre à 9h30 (heure locale / GMT) et l’ouverture du tout premier procès à 12h00.

Mardi soir, l’ancien chef de la junte guinéenne Moussa Dadis Camara ainsi que ses co-accusés ont été incarcérés à la prison principale de Conakry en prélude de ce procès historique.

Inculpé il y a sept ans pour « complicité de meurtres, de viols et de disparitions forcées », l’ancien président de la transition guinéenne a été rejoint derrière les barreaux par plusieurs figures du Conseil national pour la démocratie et le développement (CNDD), qui avait pris le pouvoir après la mort de Lansana Conté, en décembre 2008.

Onze personnes au total doivent répondre de ce qui s’est passé au stade du 28-septembre, le 28 septembre 2009, alors que des milliers de personnes s’étaient rassemblées pour s’opposer au maintien du capitaine Moussa Dadis Camara au pouvoir. La très violente répression de la manifestation s’était soldée par la mort de 157 personnes. Cent-neuf femmes avaient en outre été violées, et 1 500 blessés avaient été dénombrés.

Avec haa.com.tr et Jeune Afrique