Aujourd'hui,
URGENT
Covid-19: la vaccination des Burkinabè débutera dans la première semaine de juin 2021.
Santé : un premier lot de 115.000 doses de vaccins contre la Covid-19 est arrivé au Burkina Faso. 
Oudalan: les populations de Tin Akof se réfugient près du camp militaire après une attaque terroriste. 
Santé: l'OMS valide le vaccin chinois Sinopharm pour usage d'urgence contre la Covid-19. 
Sécurité alimentaire: le CILSS prévoit une saison pluvieuse humide pour la campagne agricole 2021-2022. 
Coopération: le président Xi Jinping réaffirme l’engagement de la Chine en faveur de la solidarité et de la coopération avec l’Afrique.
Politique: Alassane Bala Sakandé rejette un appel de jeunes pour sa candidature à la présidentielle 2025. 
Somalie: l’Union africaine a nommé l’ancien président du Ghana, John Mahama, au poste de Haut représentant. 
Football: la CAF décide du report des éliminatoires de la Coupe du monde de la Fifa Qatar 2022.
Yako : un enfant de près de 14 ans s’est donné la mort jeudi, par pendaison au secteur n°4 de Yako (AIB).  

POLITIQUE

La coalition djihadiste active dans le nord du Mali, Nusrat al-Islam wal-Muslimin a revendiqué les attaques qui ont secoué la capitale burkinabè le vendredi 2 mars dernier. Dans un message envoyé au site mauritanien Alakhbar, la coalition djihadiste a affirmé avoir agi en réponse à la mort de plusieurs de ses leaders dont le chef djihadiste Mohamed Hacen Al-ançari dans un raid de l’armée française dans le Nord mali. Face à cette barbarie qui a fait 16 morts dont 8 assaillants et 80 autres blessées, certains Burkinabè appellent à l’unisson. Il s’agit notamment de Hervé Ouattara président du mouvement Citoyens Africains pour la renaissance et représentant du Front Anti CFA au Burkina Faso et de Me Arouna Savadogo, président du Tocsin joint au téléphone par Fasozine.


Hervé Ouattara président du mouvement Citoyens Africains pour la renaissance
«Nous avons cette attaque au lendemain du procès du putsch manqué de septembre 2015. Mais dans le même temps, l’attaque de l’ambassade de la France ne permet pas de comprendre le but réel de cette barbarie. Parce que certains commentaires disent que cette attaque est liée au jugement du putsch manqué. Nous pensons donc qu’il faut faire face à cette histoire de terroristes dans un élan de solidarité. Parce que quelque soit les motivations de ces terroristes, c’est l’élan patriotique de chaque Burkinabè qui est important sinon nous allons tous crever. Parce qu’ils ne cherchent pas à savoir de quel parti politique nous sommes. Ils tirent sur tout ce qui bouge. Que la sécurité ne soit pas seulement du fait des hommes en tenue mais de tous les Burkinabè.»

Me Arouna Savadogo, président du Tocsin
«C’est une grande indignation. Au nom du Tocsin, je voudrais dire au peuple burkinabè d’avoir le courage et de se donner la main pour combattre ce fléau. Parce que les mêmes personnes que nous avons nourrit se retournent contre notre pays au nom d’une quelconque religion. Je ne crois pas qu’ils soient de vrais musulmans. Le Tocsin demande à tous les Burkinabè et à sa diaspora de s’unir pour vaincre ce mal.»