Aujourd'hui,
URGENT
Covid-19: la vaccination des Burkinabè débutera dans la première semaine de juin 2021.
Santé : un premier lot de 115.000 doses de vaccins contre la Covid-19 est arrivé au Burkina Faso. 
Oudalan: les populations de Tin Akof se réfugient près du camp militaire après une attaque terroriste. 
Santé: l'OMS valide le vaccin chinois Sinopharm pour usage d'urgence contre la Covid-19. 
Sécurité alimentaire: le CILSS prévoit une saison pluvieuse humide pour la campagne agricole 2021-2022. 
Coopération: le président Xi Jinping réaffirme l’engagement de la Chine en faveur de la solidarité et de la coopération avec l’Afrique.
Politique: Alassane Bala Sakandé rejette un appel de jeunes pour sa candidature à la présidentielle 2025. 
Somalie: l’Union africaine a nommé l’ancien président du Ghana, John Mahama, au poste de Haut représentant. 
Football: la CAF décide du report des éliminatoires de la Coupe du monde de la Fifa Qatar 2022.
Yako : un enfant de près de 14 ans s’est donné la mort jeudi, par pendaison au secteur n°4 de Yako (AIB).  

©présidence du Faso

POLITIQUE

Le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, a reçu en audience cet après-midi mardi 13 août 2019, le directeur exécutif du Programme alimentaire mondial (PAM), David Beasley. 

« Nous avons eu une rencontre très fructueuse avec le président du Faso. Nous sommes venus voir comment nous pouvons apporter notre soutien au peuple burkinabè dans la situation difficile qu’il traverse », a indiqué David Beasley à sa sortie d’audience. 

Pour lui, il est impérieux de mener la lutte contre l’insécurité alimentaire, dans ces moments difficiles, en vue de donner de l’espoir aux jeunes, et éviter qu’ils soient enrôlés par les terroristes. « Nous devons travailler à ce que ces jeunes puissent manger à leur faim et avoir des emplois décents », a ajouté le directeur exécutif du PAM.

David Beasley, au cours de son séjour au Burkina Faso, se déplacera sur le terrain pour faire le constat et échanger avec les leaders politiques, les responsables coutumiers et religieux et la population, pour prendre le pool de la situation alimentaire.

« Nous ne voulons pas qu’un enfant dorme la nuit sans manger parce qu’il est un déplacé. Sans sécurité alimentaire, les gens seront toujours vulnérables et exposés à d’autres dangers. Mais au-delà des questions d’urgence, nous allons travailler avec les autorités et les acteurs concernés pour un développement durable », a-t-il conclu.

Direction de la communication de la présidence du Faso