Aujourd'hui,
URGENT
Algérie: Abdelmadjid Tebboune élu président avec 58,15%
Etats-Unis: la commission judiciaire valide l'acte d'accusation de destitution de Donald Trump
Justice: 99 dossiers enrôlés pour les sessions des pôles criminels de Ouagadougou et de Ouahigouya
Justice: les acteurs demandent à la France de clarifier sa position sur l'extradition de François Compaoré dans l'affaire Norbert Zongo
Burkina: au moins 15 terroristes neutralisés, une base démantelée, et de l’armement saisi à Kompienga dans la Région de l'Est
Gaoua: une tonne de denrées périmées saisie par la police
Roch Kaboré: "Je voudrais rassurer tous les déplacés internes de notre engagement à créer les conditions de leur retour dans leurs localités"
Climat: les glaciers du Groenland fondent sept fois plus vite qu’en 1990
11-décembre: "Pour bâtir ensemble un Burkina Faso prospère, nous devons nous départir de nos intérêts égoïstes" (Roch Kaboré) 
11-décembre: "J’ai décidé de commettre un groupe de travail pour l’écriture de l’histoire générale de la Haute-Volta au Burkina" (Roch Kaboré)

POLITIQUE

Le Front patriotique pour le renouveau (FPR), parti d’opposition, est suspendu pour une durée de trois mois, selon un arrêté du ministère en charge de l’Administration territoriale publié ce 12 novembre 2019

«En application de l’article 30 de la loi N°032-2001/AN du 29 novembre 2001 portant charte des partis et formations politiques au Burkina Faso, les activités du parti politique dénommé «Front patriotique pour le renouveau» (FPR) sont suspendues, à titre conservatoire, au motif que les propos tenus par Monsieur Aristide Ouédraogo, président du FPR, lors des déclarations publiques des 3 et 11 novembre 2019 portent atteinte aux dispositions des articles 3, 4, 20 et 21 de la loi ci-dessus mentionnée», peut-on lire sur l’arrêté signé du ministre en charge de l’Administration du territoire. 

Dans une vidéo postée sur les réseaux sociaux, Aristide Ouédraogo réclamait la démission de l’exécutif. Sur le plateau de nos confrères de 3TV le 11 novembre 2019, il s’était montré tout aussi intraitable, en exigeant la démission du chef de l’Etat. «Nous sommes arrivés à la conclusion que le gouvernement actuel ne peut plus conduire le Burkina Faso. Le peuple se doit d’engager la résistance par rapport à la direction du pouvoir actuel. Je ne demande pas de répéter l’insurrection populaire, mais ne serait-ce qu’à travers les grèves, le peuple peut engager une résistance populaire civile», avait-il conseillé.

Il a ajouté : «Nous demandons la démission du président du Faso pour mettre en place un gouvernement dirigé par l’armée et les civils». 

La suspension est de trois mois. 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé