Aujourd'hui,
URGENT
Covid-19: la vaccination des Burkinabè débutera dans la première semaine de juin 2021.
Santé : un premier lot de 115.000 doses de vaccins contre la Covid-19 est arrivé au Burkina Faso. 
Oudalan: les populations de Tin Akof se réfugient près du camp militaire après une attaque terroriste. 
Santé: l'OMS valide le vaccin chinois Sinopharm pour usage d'urgence contre la Covid-19. 
Sécurité alimentaire: le CILSS prévoit une saison pluvieuse humide pour la campagne agricole 2021-2022. 
Coopération: le président Xi Jinping réaffirme l’engagement de la Chine en faveur de la solidarité et de la coopération avec l’Afrique.
Politique: Alassane Bala Sakandé rejette un appel de jeunes pour sa candidature à la présidentielle 2025. 
Somalie: l’Union africaine a nommé l’ancien président du Ghana, John Mahama, au poste de Haut représentant. 
Football: la CAF décide du report des éliminatoires de la Coupe du monde de la Fifa Qatar 2022.
Yako : un enfant de près de 14 ans s’est donné la mort jeudi, par pendaison au secteur n°4 de Yako (AIB).  

POLITIQUE

L'officier ayant conduit l'opération entrainant la mort de 7 personnes près de Tanwalbougou le 29 juin a été́ relevé́ et mis aux arrêts, selon nos confrères de radio Omega qui cite des sources militaires.  

L'officier ayant conduit l'opération entraînant la mort de 7 personnes près de Tanwalbougou le 29 juin a été́ relevé́ et mis aux arrêts, selon nos confrères de radio Omega qui cite des sources militaires.  

Si ces sources n’ont pas dévoilé l'identité́ de cet officier, la radio croit savoir qu’il a le grade de capitaine.

«Suite  à une opération militaire menée le 29 juin dans la localité de Boumoana, près de Tanwalbougou, 7 corps d’individus morts par balle auraient été découverts à la lisière de la localité», indiquait un communiqué du ministère de la Défense publié jeudi.

Selon le Collectif contre l’impunité et la stigmatisation des communautés (CISC), ces personnes avaient été enlevées par les Forces de défense et de sécurité. Elles avaient ensuite été retrouvées mortes, vraisemblablement tuées par balles quelques kilomètres plus loin. 

Le ministère de la Défense avait assuré que, «si la responsabilité d’éléments des FDS était établie, les auteurs répondront de leurs actes conformément aux lois et règlements qui régissent les forces armées nationales». 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir