Aujourd'hui,
URGENT
Côte d'Ivoire: saisie record de 200 tonnes de faux médicaments à Abidjan
Football: le Burkina Faso bat le Soudan du Sud par 2 buts à 1 au titre de la 2e journée des éliminatoires de la CAN 2021
Burkina: 32 terroristes neutralisés dans les régions du Centre-nord et du Nord
Sécurité: le Nigeria, le Bénin et le Niger lancent des patrouilles communes aux frontières
Burkina: l'opposition politique demande la levée "pure et simple" de la suspension de trois mois du FPR
5e RGPH: 5 229 contrôleurs et 20 916 agents recenseurs prêts pour l’opération de dénombrement qui débute ce 16 novembre
Niger: après trois ans d'absence, l'opposant Hama Amadou est rentré dans son pays ce jeudi 14 novembre
Burkina: le cyber-activiste Naïm Touré relâché «sans aucune charge»
Burkina: le Front patriotique pour le renouveau (FPR), parti d'opposition, du Dr Aristide Ouédraogo suspendu pour 3 mois
RDC: la France annonce 65 millions d'euros d'aides au pays

La «Prière des morts» à la place Wara-wara (Ph.SM)

SOCIETE

Des centaines de personnes ont participé vendredi à l’ancien cimetière route de Banankélédaga aux funérailles de  l’imam Issa Amadou Tanon et du jeune étudiant au Koweït Abdoulaye Diallo, tués le dimanche 13 août dans l’attaque du restaurant-café Aziz Istanbul de Ouagadougou, et qui a fait 19 morts au total.

«Ce sont les ennemis des musulmans qui font ça. Et c’est nous (les musulmans) qui prenons les pots cassés dans cette affaire», s’est indigné le vice-président de la communauté musulmane de l’ouest du Burkina Faso, Amadou Sanogo, en soulignant «la contribution importante de l’imam Tanon au service  de l’islam». Bien que fermée, la Nation reconnaissante, a rouvert exceptionnellement l’ancien cimetière route de Banankélédaga pour l’enterrement de la dépouille d’Amadou Tanon, imam adjoint de la grande mosquée de Dioulassoba. 

Tanon et Diallo séjournaient à Ouagadougou pour y rencontrer deux imams koweitiens (morts dans la même attaque), membres de l’association islamique caritative «Lhya Atouras Aislmiy», basé au Koweït et dont Feu Tanon était le représentant au Burkina Faso. «Vous avez vu la mobilisation à la place Wara-wara ; c’est dire que la population tout entière de Bobo-Dioulasso a été profondément marquée par ce qui est arrivé», a déclaré le gouverneur de la région de Hauts-Bassins, Antoine Atiou.

C’est sous une fine pluie qu’a eu lieu la «prière des morts». Ensuite, un long cortège composé à majorité  de musulmans d’âges différents a conduit à leurs dernières demeures les deux victimes, dont les corps ont été transférés la veille jeudi 17 août à Bobo-Dioulasso.


Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé