Aujourd'hui,
URGENT
Covid-19: la vaccination des Burkinabè débutera dans la première semaine de juin 2021.
Santé : un premier lot de 115.000 doses de vaccins contre la Covid-19 est arrivé au Burkina Faso. 
Oudalan: les populations de Tin Akof se réfugient près du camp militaire après une attaque terroriste. 
Santé: l'OMS valide le vaccin chinois Sinopharm pour usage d'urgence contre la Covid-19. 
Sécurité alimentaire: le CILSS prévoit une saison pluvieuse humide pour la campagne agricole 2021-2022. 
Coopération: le président Xi Jinping réaffirme l’engagement de la Chine en faveur de la solidarité et de la coopération avec l’Afrique.
Politique: Alassane Bala Sakandé rejette un appel de jeunes pour sa candidature à la présidentielle 2025. 
Somalie: l’Union africaine a nommé l’ancien président du Ghana, John Mahama, au poste de Haut représentant. 
Football: la CAF décide du report des éliminatoires de la Coupe du monde de la Fifa Qatar 2022.
Yako : un enfant de près de 14 ans s’est donné la mort jeudi, par pendaison au secteur n°4 de Yako (AIB).  

SOCIETE

La 4e édition de la conférence de la femme chrétienne engagée a ouvert ses portes ce jeudi 15 novembre 2018 et ce jusqu’au dimanche 18 novembre prochain. Ce rendez-vous annuel, vise à permettre aux femmes de l’Eglise de la Mission apostolique de Pissy-Temple Nouvelle vie (EMA-TNV), de réaffirmer leur engagement au service de Dieu. Pour cette année 2018, un message fort sera porté à l’endroit des personnes désemparées, à travers le thème :« La persévérance ». Le programme d’activités prévoit des enseignements avec pour oratrice principale l’évangéliste Julie Vanga, venue de la Suisse.  

Depuis ce 15 novembre, et ce jusqu’au 18 novembre prochain, le temple Nouvelle vie de l’église de la mission apostolique de Pissy, est investi par « les femmes engagées ». Celles-ci profitent de cette occasion afin de pouvoir non seulement s’exprimer, mais aussi et surtout d’arriver à impacter leur monde et leur église. C’est en partie l’une des raisons qui a conduit le Dr Paul Kaboré, pasteur principal de la dite église a initié un tel programme.  

Selon ce dernier, dans bien des cas, au sein de « nos églises africaines, les femmes ne figurent pas dans les sphères de décision ». Face à une telle situation, il fallait alors mettre en place un cadre pour y remédier, c’est en cela que la conférence de la femme chrétienne engagée trouve tout son sens. Abordant dans le même sens que l’homme de Dieu, Eugénie Nonguierma, présidente des femmes de l’église de la mission apostolique de Pissy, précise que « cette initiative a pour but de pouvoir aider les femmes dans leur marche avec le Seigneur, afin de pouvoir le servir de mieux en mieux. Aussi, il s’agit d’emmener les femmes à s’engager dans leur foi et à s’épanouir en servant le Seigneur ».  

Après les éditions précédentes, la satisfaction est à la clé, en termes de bilan. En témoigne ces propos de Mme Nonguierma : « Les résultats des conférences passées ont vraiment apporté une amélioration, une qualité de vie, et nous grandissons spirituellement. Nous nous engageons pour le Seigneur et les résultats sont visibles dans nos vies, dans nos familles, dans le service que nous donnons et dans nos relations ».

Cependant, d’autres défis restent à relever. Et à cet effet, tous sont unanimes qu’il va falloir faire preuve de « persévérance ». Ceci constitue le thème retenu pour cette 4e édition de la conférence de la femme  chrétienne engagée. Qualifié d’évocateur, ce thème dans son approche est un moyen d’ «interpeller ceux qui traversent les difficultés dans leur vie, de persévérer dans le Seigneur » selon la marraine Adolphine Zinsonne. «Nous sommes dans ce monde où nous traversons beaucoup d’épreuves, donc nous avons besoin de ce thème-là, pour être fortifié et continué dans l’œuvre du Seigneur ». avoue la  marraine de ladite édition.    

En rapport avec la pertinence du thème choisi, le Dr Paul Kaboré en veut pour référence sa propre expérience. « Aujourd’hui les gens vivent dans des temps difficiles, ils connaissent des difficultés si bien qu’ils abandonnent, non pas seulement spirituellement mais aussi dans notre monde aujourd’hui. Il y a des étudiants qui abandonnent, d’autres dans la recherche de l’emploi abandonnent. Tout le monde souvent est lassé de persévérer, donc nous avons voulu que tout le monde comprenne que la persévérance paie beaucoup. Moi je suis ce que je suis grâce à la persévérance. J’ai fait le BEPC 3 fois et  il y en a qui ont abandonné et moi à ma 3e fois je l’ai eu (...) Je voudrais que par ce thème-là, beaucoup de personnes découragées puissent persévérer, afin qu’à la fin ils puissent voir les résultats ». 

Par ailleurs, ce moment sera marqué par des enseignements avec l’évangéliste Julie Vanga, oratrice principale en provenance de la Suisse. Tout naturellement, celle-ci a affirmé que plusieurs volets seront abordés, mais principalement en rapport avec le thème. Lesquelles communications, foi de la marraine «permettront de briser les obstacles et de pouvoir avancer en toute chose dans les pas du Seigneur ».  Saluant la tenue d’une telle rencontre, les uns et les autres confient avoir énormément bénéficié de ce cadre d’échanges tant sur le plan spirituel que social. « Les femmes se sont beaucoup plus engagées, et nous voyons d’années en années que les femmes persévèrent dans l’œuvre. Le nombre de femmes augmente dans cette église et cela vraiment constitue une motivation pour nous afin de continuer cette conférence », se réjouit Mme Zinsonne.  La clôture de cette 4e édition est prévue ce dimanche 18 novembre 2018 au cours du culte dominical.