Aujourd'hui,
URGENT
France: explosion dans une rue piétonne à Lyon, six blessés, la piste du colis piégé privilégiée (parquet)
Chine-Burkina: «L’exportation des produits burkinabè vers  le marché chinois a augmenté de 300%» 
Royaume-Uni: la Première ministre Theresa May a annoncé ce vendredi 24 mai qu'elle quitterait ses fonctions le 7 juin prochain
Burkina: la société civile demande aux communes minières de suspendre toute collaboration avec les sociétés minières
Burkina: une performance globale de 63,3% enregistrée par les structures du Premier ministère en 2018
RCA: 34 personnes tuées dans des attaques du groupe armé 3R
Education: les syndicats de l’éducation lèvent leur mot d’ordre de boycott 
Justice: les greffiers burkinabè suspendent leur «mouvement d’humeur» enclenché depuis près d'un mois
RDC: Sylvestre Ilunga Ilunkamba nommé nouveau Premier ministre
Burkina: le barreau plaide pour une reprise des activités judiciaires

SOCIETE

Ceci est une déclaration de la Commission nationale des droits humains (CNDH) sur l’attaque de l’église paroissiale de Dablo qui a fait six morts dont le vicaire qui célébrait la messe dominicale. Elle invite donc le gouvernement « à rechercher les auteurs de ces différents actes et à les punir à la hauteur de leur forfait ».

C’est avec une profonde consternation que la Commission nationale des droits humains (CNDH) a appris l’attaque perpétrée le dimanche 12 mai 2019, par des individus armés non identifiés contre une église catholique dans la commune de Dablo, province du Sanmatenga causant le décès de six (6) personnes dont le prêtre.. La CNDH  condamne sans réserve cette énième attaque dirigée contre des leaders et des membres de confessions religieuses ainsi que des lieux de culte et de prière, après celle de Silgadji, d’Arbinda et autres localités.  

En tant qu’institution nationale de défense, de promotion et de protection des  Droits humains, elle   tient à rappeler que le Burkina Faso est un Etat laïc où la liberté de croyance, de non croyance, d’opinion religieuse et d’exercice de culte est reconnue et garantie à tous les citoyens. Cette reconnaissance de droit s’est affermie avec les pratiques des différentes confessions religieuses et de leurs fidèles à travers notamment, la solidarité, la cohabitation et le dialogue interreligieux que ne sauraient remettre en cause des actes d’une telle barbarie.

La CNDH invite les populations à faire preuve de retenue et à ne pas céder à la tentation de se faire justice ni à l’esprit de vengeance.

La CNDH interpelle le Gouvernement à rechercher les auteurs de ces différents actes et à les punir à la hauteur de leur forfait, conformément aux engagements du Burkina Faso.

La CNDH appelle et encourage le Gouvernement à poursuivre ses efforts de sécurisation de l’ensemble du territoire national et à faire cesser les attaques contre les populations civiles et les forces de défense et de sécurité.

Pour la Commission Nationale des Droits Humains,

Ouagadougou le 13/05/2019

Le Président

Kalifa Yemboado Rodrigue NAMOANO

 

 

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé