Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le tribunal militaire a condamné lundi 13 janvier 2020 les accusés à payer 947 279 507 FCFA aux victimes du putsch manqué de 2015.
Burkina: les autorités coutumières et religieuses «lancent un appel à l’union et à la cohésion nationale»
Burkina: le gouvernement crée la Brigade centrale de lutte contre la cybercriminalité pour lutter contre les infractions liées aux TIC
Brexit: les députés britanniques valident l'accord négocié par Boris Johnson
Burkina: 8 143 pèlerins burkinabè ont effectué le hadj 2019 au cours duquel six décès ont été constatés
Burkina: 233 heures de coupures d’électricité en 2018 contre 155h en 2017 (AIB)
Pétrole: la Chine ouvre son secteur pétrolier aux entreprises étrangères (RFI)
Angola: 41 morts dans des pluies torrentielles en moins de 24 heures (Africanews)
Togo: le président Faure Gnassingbé investi candidat par son parti pour la présidentielle du 22 février 2020
Irak: «Plus d'une douzaine de missiles» ont été tirés par l'Iran contre deux bases utilisées par l'armée américaine (Pentagone)

SOCIETE

Alors que les autorités annoncent une enquête administrative et judiciaire pour déterminer la cause de la mort, dans la nuit du 14 au 15 juillet 2019, de 11 personnes en garde à vue au sein de l’unité antidrogue de Ouagadougou, un des syndicats de la police du Burkina Faso, l’Union police nationale (Unapol) explique, dans un communiqué, que les conditions de détention et de commodité du violon pourraient avoir joué un rôle. 

L’Unapol, qui dit s’être entretenu avec des détenus ayant survécu, avec les responsables de l’Unité antidrogue et les policiers de garde la nuit du drame, assure que «les conditions de détention et de commodité du violon (notamment d’hygiène, d’exiguïté du violon, d’aération dans le violon, d’absence de toilettes…) ont été jugées très délétères par les gardés à vue et susceptibles de causer le décès de leurs codétenus». 

Des «déviances comportementales» des occupants du violon auraient également été observées au cours de la nuit. 

Par contre, l’Unapol dit ne pas avoir constaté de bavure. 

Pour leur part, nos confrères de Libreinfo.net affirment que l’une des raisons de ces décès pourrait être le nombre élevé de détenus -au moins une trentaine- dans la cellule. 

Les sources du site d’informations affirment que les détenus auraient suffoqué longtemps. Certains d’entre eux auraient tenté d’alerter la garde, mais ils n’auraient pas été pris au sérieux.

Le syndicat saisit l’occasion pour demander au gouvernement d’améliorer les conditions de détention dans les services de police en réfectionnant ou en construisant des salles de garde à vue et en dotant la police de moyens pour la prise en charge des détenus.    

Tandis que le Premier ministre annonce que «des instructions fermes ont été données pour élucider cette tragédie inacceptable et administrer des sanctions», le syndicat des policiers, lui, presse l’exécutif «de ne pas prendre de décisions hâtives, ni s'ingérer dans la procédure en cours.»

Précisons que le commissaire de l’Unité antidrogue, Richard Bélem, a été relevé de ses fonctions à titre conservatoire, sur décision de la direction générale de la police du Burkina Faso. 

 

 

 

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé