Aujourd'hui,
URGENT
Covid-19: les cas confirmés en Afrique dépassent la barre du million. 
Burkina: la Semaine nationale de la culture ne se tiendra pas en 2020 à cause de la Covid-19 (ministre de la Culture).
Liban : au moins quatre Burkinabè blessés dans l'explosion survenue au port de Beyrouth (bilan provisoire). 
Liban: les locaux du Consulat honoraire du Burkina Faso endommagés dans l'explosion survenue au port de Beyrouth. 
Kantchari: Bapandi Ouoba, policier municipal, tué dans la nuit du 3 au 4 août 2020 à son domicile par des hommes armés non identifiés.
Ouahigouya: décès de la mère de l’ancien président de l’Assemblée nationale, feu Dr Salifou Diallo, ce 31 juillet 2020. 
Burkina: le BEPC a enregistré un taux de succès de 36,47% contre 26,62% en 2019.
Burkina: le CEP a enregistré un taux de succès de 66,06% contre 55,11% en 2019. 
Burkina: le CAP et le BEP ont enregistré un taux de succès de 63,37% contre 46,86% en 2019. 
Mali: Al-Qaida revendique l'attaque qui a tué un soldat français -brigadier Tojohasina Razafintsalaman- le jeudi 23 juillet 2020. 

Image d'illustration

SOCIETE

Le procureur général près  la cour d'appel de Ouagadougou, Laurent Poda, a animé une conférence de presse ce vendredi 13 décembre 2019 à Ouagadougou. Elle portait sur un seul point à savoir l'organisation des deux sessions de la chambre criminelle de la cour d'appel de Ouagadougou qui se tiendront, l’une à Ouahigouya pour le compte du pôle criminel de Ouahigouya et l'autre, à Ouagadougou, pour le compte du pôle criminel de Ouagadougou. L’affaire Norbert Zongo s’est également invitée au menu de ce point de presse.

D'après le procureur général, la session de Ouahigouya se tiendra du 16 au 23  décembre 2019. Par contre, celle de Ouagadougou se déroulera en deux phases du 27 au 28 décembre 2019 puis du 7 au 10 janvier 2020. Pour ces premières sessions, plusieurs dossiers ont été programmés. Il s'agit des dossiers de crimes de sang principalement et quelques dossiers de vol aggravé, d'empoisonnement, de viol, de détournement de deniers publics et de coups et blessures aggravés.

« La session de Ouahigouya aura à connaitre 42 dossiers au total dont notamment 6 cas d’assassinat, 11 cas de meurtre et 20 cas de coups mortels. Celle de Ouagadougou concernera au total 57 dossiers dont notamment 7 cas d’assassinat, 15 cas de meurtre, 1 cas d'infanticide et 19 cas de coups mortels » a dévoilé M.Poda. Le conférencier a aussi déclaré que la justice  est dans un processus de programmation d'autres sessions dans les mois à venir pour apurer le stock de dossiers en état de recevoir les jugements. 

Par ailleurs, les populations de Ouagadougou et de Ouahigouya sont informées que les audiences de sections criminelles sont publiques, c'est à dire libres d'accès mais sous réserve.

La question du dossier Norbert Zongo est revenue sur la table des échanges. Le procureur ayant pris fonction en 2015, a déclaré que depuis lors, le dossier  a connu une « avancée suffisante ». « Quand je suis arrivé, la mission qui m'avait été assignée était la réouverture du dossier Norbert Zongo. Cela a été fait et je puis vous dire qu’entre 1998 et 2015 ce qui a été fait comparativement à ce qui a été fait entre 2015 à nos jours n'est pas comparable. D'abord, la justice a réussi à inculper des gens, des expertises ont été faites et nous avons découvert des choses qui étaient cachées et avons obtenu l'extradition de quelqu'un qui semble t-il joue un rôle important dans ce dossier. Actuellement nous attendons que ce monsieur puisse être extradé et cela ne dépend pas de nous mais des procédures judiciaires »  a affirmé Laurent Poda.