Aujourd'hui,
URGENT
Covid-19: la vaccination des Burkinabè débutera dans la première semaine de juin 2021.
Santé : un premier lot de 115.000 doses de vaccins contre la Covid-19 est arrivé au Burkina Faso. 
Oudalan: les populations de Tin Akof se réfugient près du camp militaire après une attaque terroriste. 
Santé: l'OMS valide le vaccin chinois Sinopharm pour usage d'urgence contre la Covid-19. 
Sécurité alimentaire: le CILSS prévoit une saison pluvieuse humide pour la campagne agricole 2021-2022. 
Coopération: le président Xi Jinping réaffirme l’engagement de la Chine en faveur de la solidarité et de la coopération avec l’Afrique.
Politique: Alassane Bala Sakandé rejette un appel de jeunes pour sa candidature à la présidentielle 2025. 
Somalie: l’Union africaine a nommé l’ancien président du Ghana, John Mahama, au poste de Haut représentant. 
Football: la CAF décide du report des éliminatoires de la Coupe du monde de la Fifa Qatar 2022.
Yako : un enfant de près de 14 ans s’est donné la mort jeudi, par pendaison au secteur n°4 de Yako (AIB).  

SOCIETE

La revue scientifique britannique Nature a choisi Deng Hongkui, professeur à l'École des sciences de la vie de la Peking University, comme l'une des 10 personnes les plus influentes dans le domaine des sciences en 2019, en raison de sa contribution au système d'édition de gènes pour lutter contre le VIH.

Nature a qualifié M. Deng de traducteur CRISPR, soulignant qu’«un scientifique chinois montre que l'édition du gène CRISPR peut être utilisée en toute sécurité chez les adultes vivant avec le VIH». Son article du 18 décembre a également relaté les essais cliniques de M. Deng et son équipe et les résultats de la recherche.

Pour récapituler le succès sur un patient berlinois, qui a été débarrassé du virus du VIH après une greffe de moelle osseuse en 2008, l'équipe de M. Deng a adopté la méthode d'édition de gènes pour créer des cellules qui désactivent le CCR5, une protéine que le VIH utilise pour infecter les cellules immunitaires.

«Il a prélevé des cellules souches hématologiques immunologiquement appariées de la moelle osseuse d'un donneur, les a éditées avec le CRISPR-Cas9, puis les a transplantées chez une personne atteinte de leucémie et de VIH», a indiqué l'article.

Pour des raisons de sécurité et la difficulté de modifier les cellules, un mélange d'environ 18% de cellules modifiées a été utilisé dans la transplantation. Près de deux ans plus tard, l'infection au VIH du patient est restée et certaines cellules éditées sont restées dans le sang du patient aujourd'hui.

Le 12 septembre, le New England Journal of Medicine, un journal médical général hebdomadaire, a rapporté les réalisations de M. Deng et de son équipe, soulignant que la greffe de cellules souches génétiquement modifiées était positive pour une personne atteinte de leucémie et de VIH.

De son côté, M. Deng a déclaré en septembre que la première étape du processus avait montré que les cellules éditées pouvaient persister et être en sécurité dans le sang des patients. «L'équipe améliorera l'efficacité de l'édition des gènes et ajustera le plan de traitement pour atteindre l'objectif de guérison», a-t-il précisé.