Aujourd'hui,
URGENT
Covid-19: les cas confirmés en Afrique dépassent la barre du million. 
Burkina: la Semaine nationale de la culture ne se tiendra pas en 2020 à cause de la Covid-19 (ministre de la Culture).
Liban : au moins quatre Burkinabè blessés dans l'explosion survenue au port de Beyrouth (bilan provisoire). 
Liban: les locaux du Consulat honoraire du Burkina Faso endommagés dans l'explosion survenue au port de Beyrouth. 
Kantchari: Bapandi Ouoba, policier municipal, tué dans la nuit du 3 au 4 août 2020 à son domicile par des hommes armés non identifiés.
Ouahigouya: décès de la mère de l’ancien président de l’Assemblée nationale, feu Dr Salifou Diallo, ce 31 juillet 2020. 
Burkina: le BEPC a enregistré un taux de succès de 36,47% contre 26,62% en 2019.
Burkina: le CEP a enregistré un taux de succès de 66,06% contre 55,11% en 2019. 
Burkina: le CAP et le BEP ont enregistré un taux de succès de 63,37% contre 46,86% en 2019. 
Mali: Al-Qaida revendique l'attaque qui a tué un soldat français -brigadier Tojohasina Razafintsalaman- le jeudi 23 juillet 2020. 

SOCIETE

Dans la région du Centre-Nord lourdement frappée par des attaques terroristes entrainant d’importants déplacements de population, les forces vives ont décidé d’agir. C’est ainsi que ce jeudi 13 février 2020, elles ont lancé le Mouvement agir pour la sécurité et la dignité des populations du Centre-nord (MASDP/CN), pour favoriser le retour des populations victimes d’exactions terroristes, rapporte l’Agence d’information du Burkina.

«Face aux difficultés qui s’accroissent tous les jours, nous pensons que nous ne devrions plus rester dans une posture de réaction mais davantage dans l’action», a déclaré le secrétaire général du MASDP/CN, Saydou Bargo, jeudi lors de la présentation de la structure.

Il a reconnu que la recrudescence des attaques terroristes force les populations à quitter leurs villages. Conséquence : près de 122 468 déplacés dans la seule commune de Kaya et près de 500 000 dans la région du Centre-nord à la date du 07 février 2020.

«L’assistance alimentaire et matérielle n’apporte que maigre consolation à ces personnes qui n’attendent rien d’autre que le retour au bercail», a expliqué le SG, dont les propos sont rapportés par l’AIB.

Selon M. Bargo, il appartient aux populations de trouver des «solutions endogènes» à leurs propres problèmes. D’après lui, l’objectif général du MASDP/CN est de plaider auprès des autorités pour le retour des communautés en toute sécurité dans leurs localités.

A cet effet, le mouvement propose entre autres, l’intégration des civils dans la sécurisation du Burkina Faso et la mise en place d’une cartographie des interventions humanitaires pour faciliter l’acheminement de l’aide.

L'AIB note que le MASDP/CN est dirigé par Samdpawendé Ouédraogo (président), Vincent Sawadogo (vice-président), Saydou Borgo (secrétaire général) et Issaka Sawadogo (porte-parole).