Aujourd'hui,
URGENT
Covid-19: la vaccination des Burkinabè débutera dans la première semaine de juin 2021.
Santé : un premier lot de 115.000 doses de vaccins contre la Covid-19 est arrivé au Burkina Faso. 
Oudalan: les populations de Tin Akof se réfugient près du camp militaire après une attaque terroriste. 
Santé: l'OMS valide le vaccin chinois Sinopharm pour usage d'urgence contre la Covid-19. 
Sécurité alimentaire: le CILSS prévoit une saison pluvieuse humide pour la campagne agricole 2021-2022. 
Coopération: le président Xi Jinping réaffirme l’engagement de la Chine en faveur de la solidarité et de la coopération avec l’Afrique.
Politique: Alassane Bala Sakandé rejette un appel de jeunes pour sa candidature à la présidentielle 2025. 
Somalie: l’Union africaine a nommé l’ancien président du Ghana, John Mahama, au poste de Haut représentant. 
Football: la CAF décide du report des éliminatoires de la Coupe du monde de la Fifa Qatar 2022.
Yako : un enfant de près de 14 ans s’est donné la mort jeudi, par pendaison au secteur n°4 de Yako (AIB).  

SOCIETE

Il y a eu des exécutions extrajudiciaires à Tanwalbougou, dans la région de l’Est du Burkina Faso, le 30 juin 2020. Ce c’est qu’affirme le Collectif contre l’impunité et la stigmatisation des communautés (CISC), qui relate que «certains éléments des forces de défense et sécurité (FDS) ont exécuté froidement 7 personnes sur les 12» qu'ils avaient «enlevées» la veille chez un leader religieux, le Cheick de Tanwalbougou. Les cinq autres auraient été torturés et abandonnés dans un état critique dans le village de Matiacoali, selon le CISC.

«Le motif des arrestations  n'est pas encore connu et rien n'a été notifié à leur famille», ajoute le collectif, en «interpellant les forces de défense et de sécurité à faire leur travail dans le strict respect des codes de la république car les exécutions extrajudiciaires sont indignes d'une armée républicaine» et en condamnant «avec la dernière énergie ces actes barbares dignes d'une attitude fasciste.»

Il n’y a pas encore de réaction officielle. 

Ce n’est pas la première fois que cette localité défraye la chronique. Dans la nuit du 11 au 12 mai 2020, 12 personnes ont trouvé la mort dans leur cellule alors qu’elles étaient en détention à la gendarmerie de Tanwalbougou pour suspicions de faits de terrorisme.

Les autorités avaient annoncé l’ouverture d’une enquête. «Les décisions seront prises sans état d’âme», avait promis le président du Faso.  

Huit des 12 personnes interpellées par la gendarmerie à Tanwalbougou pour des faits de suspicion de terrorisme ont ensuite été libérés

Alors que des défenseurs des droits de l’homme soupçonnaient une exécution sommaire, le procureur du Faso près le Tribunal de grande instance de Fada N’Gourma affirmait qu’aucune «trace n’est visible» de balles n’a été retrouvé sur les corps des prévenus morts dans leur cellule à Tanwalbougou et qu'aucun élément matériel ne permettait de préciser la cause exacte des décès des 12 détenus.

Il précisait toutefois que, pour les besoins d’une enquête approfondie, le dossier sera transmis à la justice militaire.