Aujourd'hui,
URGENT
Covid-19: la vaccination des Burkinabè débutera dans la première semaine de juin 2021.
Santé : un premier lot de 115.000 doses de vaccins contre la Covid-19 est arrivé au Burkina Faso. 
Oudalan: les populations de Tin Akof se réfugient près du camp militaire après une attaque terroriste. 
Santé: l'OMS valide le vaccin chinois Sinopharm pour usage d'urgence contre la Covid-19. 
Sécurité alimentaire: le CILSS prévoit une saison pluvieuse humide pour la campagne agricole 2021-2022. 
Coopération: le président Xi Jinping réaffirme l’engagement de la Chine en faveur de la solidarité et de la coopération avec l’Afrique.
Politique: Alassane Bala Sakandé rejette un appel de jeunes pour sa candidature à la présidentielle 2025. 
Somalie: l’Union africaine a nommé l’ancien président du Ghana, John Mahama, au poste de Haut représentant. 
Football: la CAF décide du report des éliminatoires de la Coupe du monde de la Fifa Qatar 2022.
Yako : un enfant de près de 14 ans s’est donné la mort jeudi, par pendaison au secteur n°4 de Yako (AIB).  

SOCIETE

La Cour d’appel de Bobo Dioulasso a ordonné ce 28 décembre 2020 la liberté immédiate pour le magistrat Narcisse Sawadogo condamné en première instance pour tentative d’escroquerie du maire de Ouagadougou, a appris Fasozine. 

Le magistrat avait été condamné en première instance par le Tribunal de grande instance de Diebougou le 14 août 2020 à 24 mois de prison dont 12 mois ferme et 1 million de FCFA d’amende, pour tentative d’escroquerie. 

Lors de son procès en appel le 7 décembre dernier, à la Cours d’appel de Bobo Dioulasso, le substitut du procureur général a requis la relaxe pour infraction de tentative d’escroquerie non caractérisée. La Cours a donc suivi le procureur et ordonné la libération immédiate de l’accusé. 

Du reste, les avocats de l’accusé avaient soulevé des irrégularités sur la procédure suivie contre leur client. Ils avaient aussi contestés les faits qui lui étaient reprochés, qui ne sont pas caractérisés.

L’affaire est née en février 2020, quand «Courrier Confidentiel», célèbre bimensuel d’investigation burkinabè, révélait des «folles dépenses du maire» dans l’acquisition de 77 véhicules à 4,6 milliards de F CFA, en crédit-bail avec la société Fidelis Finances Burkina Faso.

Quatre mois après, un autre journal «L’Evènement», révélait de son côté que des juges ont réclamé 70 millions de FCFA au maire Armand Béouindé pour étouffer l’affaire. 

Un des juges, Narcice Sawadogo en l’occurrence, a été déféré à la Maco ainsi que Bagagnan Allassane, soupçonné d’avoir joué les entremetteurs. 

«Sawadogo Narcisse et Bagagnan Allassane ont déclaré avoir été approchés par le maire en vue d’intervenir auprès des magistrats pour faire classer son dossier sans suite avant que Sawadogo Narcisse, contrairement à Bagagnan Allassane, ne reconnaisse, au cours des interrogatoires de confrontation avec le maire, que c’est eux qui sont entrés en contact avec le maire pour lui proposer leur service. Du reste, de l’audition du maire, il ressort qu’il a eu affaire au magistrat Sawadogo Narcisse, Bagagnan Alassane et Sané Moussa, même si ce dernier s’est contenté de le mettre en contact avec Bagagnan Allassane à la demande de celui-ci», assurait le procureur du Faso. 

Des audios effectués par le maire et accessibles et circulant sur les réseaux sociaux, suggèrent que des magistrats chargés ou non du dossier ont été approchés par Sawadogo Narcisse et son compagnon Bagagnan Allassane.