Aujourd'hui,
URGENT
Covid-19: la vaccination des Burkinabè débutera dans la première semaine de juin 2021.
Santé : un premier lot de 115.000 doses de vaccins contre la Covid-19 est arrivé au Burkina Faso. 
Oudalan: les populations de Tin Akof se réfugient près du camp militaire après une attaque terroriste. 
Santé: l'OMS valide le vaccin chinois Sinopharm pour usage d'urgence contre la Covid-19. 
Sécurité alimentaire: le CILSS prévoit une saison pluvieuse humide pour la campagne agricole 2021-2022. 
Coopération: le président Xi Jinping réaffirme l’engagement de la Chine en faveur de la solidarité et de la coopération avec l’Afrique.
Politique: Alassane Bala Sakandé rejette un appel de jeunes pour sa candidature à la présidentielle 2025. 
Somalie: l’Union africaine a nommé l’ancien président du Ghana, John Mahama, au poste de Haut représentant. 
Football: la CAF décide du report des éliminatoires de la Coupe du monde de la Fifa Qatar 2022.
Yako : un enfant de près de 14 ans s’est donné la mort jeudi, par pendaison au secteur n°4 de Yako (AIB).  

SOCIETE

Dans une quête continuelle et permanente d’une ville sûre et sécurisée dans tous ses compartiments, le Commissariat Central de Police de la ville de Ouagadougou (CCPO) s’emploie activement afin d’endiguer le phénomène de la criminalité sous toutes ses formes dans la capitale.

Ainsi, à travers sa Brigade de Recherches, il vient de mettre fin au parcours d’un réseau de six (06) individus, qui s’étaient spécialisés dans le faux et l’usage de faux en écriture publique ou privée et de contrefaçon des sceaux de l’Etat. Dirigé par un nommé « Karinsaamba », le groupe ciblait potentiellement les candidats aux concours qui ne remplissaient pas les conditions d’âge et de diplômes. Et grâce à un savoir-faire dont lui seul détient les secrets, Karinsaamba, seul spécialiste du groupe dans la confection des faux cachets et initiales des structures ou administrations étatiques burkinabè et d’autres pays étrangers, réussissait à établir toutes sortes de documents. 

Au cours de l’enquête, plus de six cent (600) faux documents et cachets contrefaits ont été saisis parmi lesquels des cachets de différentes administrations ou mairies, des extraits de naissance du Burkina et de la Cote d’Ivoire, des bulletins de notes, des certificats de nationalité et des casiers judiciaires, des copies de CNIB, des diplômes de CEP, CAP, BEPC, BAC et BEP Burkinabé et Ivoirien, des copies d’attestations diverses, des copies de passeport, des relevés bancaires, et plusieurs autres documents administratifs. 

La Police Nationale salue la collaboration des populations qui a permis d’atteindre ces résultats. Par ailleurs, elle les invite à toujours dénoncer tout cas suspect aux numéros verts mis à leur disposition : 17, 16, et 1010.

La Police Nationale, une force publique au service des citoyens !