Aujourd'hui,
URGENT
Covid-19: la vaccination des Burkinabè débutera dans la première semaine de juin 2021.
Santé : un premier lot de 115.000 doses de vaccins contre la Covid-19 est arrivé au Burkina Faso. 
Oudalan: les populations de Tin Akof se réfugient près du camp militaire après une attaque terroriste. 
Santé: l'OMS valide le vaccin chinois Sinopharm pour usage d'urgence contre la Covid-19. 
Sécurité alimentaire: le CILSS prévoit une saison pluvieuse humide pour la campagne agricole 2021-2022. 
Coopération: le président Xi Jinping réaffirme l’engagement de la Chine en faveur de la solidarité et de la coopération avec l’Afrique.
Politique: Alassane Bala Sakandé rejette un appel de jeunes pour sa candidature à la présidentielle 2025. 
Somalie: l’Union africaine a nommé l’ancien président du Ghana, John Mahama, au poste de Haut représentant. 
Football: la CAF décide du report des éliminatoires de la Coupe du monde de la Fifa Qatar 2022.
Yako : un enfant de près de 14 ans s’est donné la mort jeudi, par pendaison au secteur n°4 de Yako (AIB).  

SOCIETE

L'explosion d'un engin explosif improvisé dans le nord du Burkina Faso a fait quatre blessés, dont un grièvement, parmi une "unité de Barkhane en mission de reconnaissance", a annoncé l'état-major français mardi soir.

Un véhicule de la force Barkhane au Burkina Faso a été touché, mardi 18 janvier, par un engin explosif improvisé (IED) à la sortie de l'aéroport de Ouahigouya dans le nord du pays, selon des informations France 24, confirmées plus tard dans la soirée par l'état major français. 

Quatre soldats français ont été blessés, dont un grièvement, lors de l'explosion de l'IED au passage de leur véhicule, a précisé l'état-major français, Les soldats blessés "ont été immédiatement évacués vers Gao", au Mali. "Ceux qui le mériteront seront évacués vers la France", a rapporté une source à l'état-major, sans apporter de précision sur leur état de santé.

"Le véhicule tout-terrain a explosé sur un IED à la sortie de l'aéroport de Ouahigouya", indique la même source, précisant qu'il s'agissait d'une "unité de Barkhane en mission de reconnaissance".

La force anti-jihadiste Barkhane, présente depuis 2014 au Mali et dont la mission est étendue au Sahel, est au coeur d'enjeux politiques bilatéraux majeurs, avec en toile de fond les accusations de recours par le Mali aux services du groupe de mercenaires russe Wagner, ainsi que la réorganisation de la présence militaire française dans le pays.

Une zone occupée par plusieurs groupes jihadistes

La zone où l'engin a explosé est plutôt fréquentée par les jihadistes du Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans (GSIM), affilié à Al-Qaïda. Mais "c'est une zone de transit, nous n'avons pas de certitudes" sur l'origine de l'engin, a précisé la même source. Le Sahel est aussi la proie des jihadistes du groupe État islamique au Sahel (EIGS).

Comme ses voisins malien et nigérien, le Burkina Faso est pris depuis 2015 dans une spirale de violences attribuées aux groupes armés jihadistes, affiliés à Al-Qaïda et à l'EI. L'armée a du mal à contenir les violences qui ont fait plus de 2 000 morts en six ans, et contraint plus de 1,5 million de personnes à fuir leurs foyers.

Source France 24 / AFP